Lake District

Une semaine dans le parc naturel du Lake District au nord de l'Angleterre.

Bienvenue au paradis des randonneurs et des romantiques !

C'est au nord-ouest de l’Angleterre, proche du mur d’Hadrien et de l’Écosse, que nous avons decidé de poser nos valises en ce debut de printemps 2019. Le Lake District, Lakeland ou The Lakes a donné son nom au plus grand parc national anglais où culminent les monts Cambriens (978 m) et ou l'on vient essentiellement pour randonner.

La région a fortement inspiré les artistes, du romantique William Woodworth, au préraphaélite John Ruskin et à l’illustratrice Béatrix Potter.

Camel

Fish

Les paysages varient autour d’une quarantaine de lacs : cascades sur fond d’ardoise, sous bois roses et mauves, arbres majestueux, fells embrumés et lugubres. La nature (et le talent des paysagistes Anglais) nous a peint ici le tableau d’une campagne idyllique surmontée de montagnes pelées et austères. Les innombrables moutons Herdwick, caractéristiques de la région permettent de compléter cette fresque. Il y en a de toutes les couleurs, qu’on ne saurait passer sous silence cette race ou les agneaux naissent noirs, puis deviennent parfois bruns un an plus tard et grisonnent en vieillissant.

Imaginez quelques Herdwick en pleine montagne dans le brouillard, avec des têtes blanches et des corps bruns. Ils apparaissent alors tels de véritables clowns maquillés. C’est assez surprenant.

La race Herdwick, emblématique du Lake District, fut sans doute introduite par les Normands, sinon par l’Armada. Elle fut fortement soutenue par Béatrice Potter vers 1930 dans ses fermes, puis par le National Trust lors de l’épidémie de fièvre aphteuse de 2011. Les qualités de leur laine sont moindres, voire nulles, mais leur rusticité leur permet de subir les froids de l’hiver sous la neige et sur le terrain accidenté des Lakes.

L’Herdwick est surtout élevé pour sa viande de qualité que la Reine aime à déguster. La majorité du cheptel, à ne pas confondre avec les blanches et laineuses Swaledale ou les Rough-Fells du Yorkshire, se situe autour des Coniston Fells. Les 22 000 kilomètres de murs en pierre du Lake District leur permettent de paître librement, mais les barrières doivent rester impérativement fermées, avis aux randonneurs !

Coté randonnée d'ailleurs, gare à la claque. Car si la hauteur des sommets du Lake district (point culminant à 978m) souffre la comparaison avec les sommets de l'arc Alpin, ici le vent, la pluie et le terrain ne sont pas commodes. En cause ? le Gulf Stream et la latitude élevée : tout comme en Ecosse, la chaleur et l'humidité de ce courant océanique viennent se heurter aux premiers reliefs Irlandais et Anglais, avec pour conséquence directe une pluviométrie bien plus élevée qu'ailleurs en Grande Bretagne : environ 200 jours de pluie par an ! Ce qui a valu au Lake District son nom : ici l'eau coule de partout ! Et il n'y a qu'à regarder le long des rivières pour s'en convaincre, l'eau y est toujours limpide ! Ideal pour pêcher, tenter une trempette en été, ou bien faire du whisky pour les alcoliques...

Autre lieu immanquable que nous voulions honorer de notre présence, le Mur d'Hadrien. Pour cux qui ne le savent pas déjà, la construction de ce mur gigantesque fut commencée en 122 après J.-C., par l’empereur Hadrien pour protéger le pays des hordes de barbares venus du nord. Edifié sur 70 miles (un peu plus de 110 km) de mer à mer, en gros de Carlisle à Newcastle, ce mur est inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco.

Une muraille de Chine Gallo Romaine qui a apporté paix et prospérité à la région (au sud du mur surtout), surtout quand on sait qu'il n'a fallu que 6 ans aux légions Romaines pour en achever la construction, ainsi que celle du fossé de 4 mètres coté nord, et des forts qui jalonnaient son parcours.